03 88 57 08 42 | contact@musee-valleedeville.com

Le musée est : Fermé

Le comble

Audioguide FR

Un escalier en équerre conduit vers la porte supérieure du logis : le comble.

Cet espace en forme de prisme triangulaire délimité notamment par le pignon, à l’avant, et par les versants du toit, sur les côtés, se subdivise en trois étages de volume et d’importance décroissants. Nous n’en visiterons que le premier niveau.

Le comble est le correspondant aérien du cellier. Si ce dernier constitue les fondations de la fortune du maître de maison, le comble en est le couronnement. Ici, sur la tête du propriétaire, s’entassait le produit des récoltes craignant l’humidité et les parasites : en premier lieu les céréales, c’est à dire de quoi manger du pain blanc toute l’année, accessoirement des fruits à sécher, les noix, les tisanes. Ici encore on fumait les viandes et les saucisses.

Le premier étage du comble était subdivisé à l’origine en quatre chambres par des cloisons à pans de bois. Le mur de refend longitudinal reliant le pignon Sud (côté Place du Tilleul) au mur de refend transversal Nord, qui sépare depuis l’origine le logis du fenil, est toujours en place, alors que la cloison transversale qui s’appuyait sur la deuxième ferme de la charpente a disparu, ne laissant, comme reliques, que quelques poteaux.

Les deux chambres du Sud, communiquant entre elles grâce à une sorte de porte pratique dans le mur de refend transversal, sont éclairées chacune par des lucarnes du pignon. Le sol conserve le revêtement en briques moulées à la main, posées sur le plancher.